À propos

Le Photo Club de Solliès Toucas

1er octobre 1975

Fondation

C’est en 1975 qu’un groupe d’amis décide de créer un club photo à Solliès-Toucas.

Jean Pierre JONCOUR, Gilbert PEZIERE, Charles MOREL, Maxime AICARDI et Christian HUTCHINSON organisent leurs premières réunions dans la vieille salle du « Fougaou » de l’ancienne mairie. Rapidement rejoints par d’autres amateurs de la photographie, les projections de diapos sont réalisées avec le matériel personnel des membres.

Début 1976, le maire de Solliès-Toucas, Guy MENUT, reçoit une délégation de ces amateurs désireux de créer une association type loi de 1901.

Très rapidement un local est mis à disposition par la municipalité, au premier étage de l’ancienne coopérative oléicole à l’impasse du Rayol.

En décembre 1976, le club naît officiellement sous le nom de PHOTO-CLUB TOUCASSIN (PCT). Le but premier, et toujours soutenu à ce jour, est la rencontre de photographes passionnés, dans la convivialité : faire connaître la photographie sous toutes ses formes. C’est probablement cette convivialité qui a été la principale raison de la pérennité du club au fil des années et qui fait du PCT, l’un des plus anciens club de la région, un moteur départemental de l’action photographique dans le monde des amateurs. Le PCT a été aussi le déclencheur de plusieurs vocations et a permis à quelques jeunes, ou moins jeunes, de mettre le pied à l’étrier.

Le studio

Très rapidement après sa création, le Photo-Club Toucassin équipe sa salle de réunion en studio de prise de vue. Ainsi est installé un fond déroulant avec des papiers gris neutre et de couleur. A sa cessation d’activité photographique professionnelle Jean Pierre JONCOUR enrichit le parc matériel du club avec un flash de studio, complété d’une chambre photographique de marque SINAR en 4×5 pouces et d’un lourd pied GITZO.

Le laboratoire argentique

Dès les locaux du Rayol occupés, le PCT se lance dans le développement noir et blanc et le développement couleur avec le système Cibackrome puis avec le procédé Agfa en 1981.

A la demande du club la mairie fait installer, à côté de la salle de réunion, un laboratoire équipé d’un évier à double bac.

Le premier agrandisseur (24×36 et 6×6 ) est un ROHEN acheté d’occasion après une collecte auprès des membres. Acquis avec un lot de cuvettes, une cuve pour négatifs et un compte pose, les premiers tripatouillages peuvent commencer.

Un deuxième laboratoire est réalisé grâce à une municipalité omniprésente et une subvention de la Fondation de France. Deux nouveaux agrandisseurs sont acquis : un Durst 805 à tête couleur et un Durst 805 à tête noir et blanc. Un quatrième agrandisseur vient compléter le labo; c’est un Reinhel permettant de travailler avec des négatifs 4×5 pouces et au-delà avec des plaques 24×24 cm.

Ce deuxième laboratoire, alimenté en eau chaude, est équipé d’une lampe inactinique Kohel-Delumeau, d’un aérateur, d’une armoire sèche films et de tout le matériel pour les films couleur, la diapositive et le tirage Cibachrome : roll tanker, semelle chauffante, compte pose….

Tous les bidouillages de labo ont été essayés et revus. Des plus simples tel que le tirage sur papier Speed au tirage plus délicat sur papier baryté, en passant par la toile photographique virée. Les tirages avec masques et contre masques, les solarisations, les virages Colorvir Jaffeux et d’autres plus personnalisés : sépia, gold toner, contre virages …Il y a eu aussi des essais de griséographie et de zone-système.

Les séances de Colorvir étaient parfois expatriées en extérieur, à la Fontaine du Thon, pour éviter les odeurs et permettre des expériences en groupe et en toute convivialité.

Depuis 2007 le PCT a définitivement pris le virage du numérique au détriment de l’argentique. Le premier labo a été reconverti et équipé d’une imprimante Epson 3800 A2 + commandée par un ordinateur dédié.

La projection

Dès les premières réunions le PCT s’oriente vers la projection de diapositives, chacun mettant à disposition son propre matériel, comme Jean ROHER avec ses projecteurs PRESTINOX et leur système de fondu enchaîné avec le bruit caractéristique de la modulation de fréquences. Le PCT investit ensuite, grâce à une subvention de la Fondation de France, dans deux projecteurs KODAK Carrousel, un système de fondu KODAK et un lecteur de cassettes PHILIPS audiovisuel. Très déçus par le synchroniseur KODAK celui-ci est rapidement remplacé par un fondu SIMDA F 101 A accompagné d’un magnéto à bandes REVOX A 77 acheté d’occasion (très lourd et peu pratique en déplacement). De nombreux diaporamas ont vu le jour avec ce matériel. Le PCT s’équipe aussi d’un projecteur de diapos 6×6 PRESTINOX Elysée.

Le matériel vieillissant, il est renouvelé avec des projecteurs SIMDA, un lecteur de cassettes SIMDA et un synchroniseur STHUMPF. Après de longs mois de bidouillages quelques diaporamas sont enfin créés avec ce dispositif.

En 2006 le club amorce le virage du numérique pour la prise de vue et le montage audiovisuel, avec l’acquisition d’un vidéo projecteur BENQ et le montage sur ordinateur avec des logiciels qui rendent le diaporama beaucoup plus facile qu’en argentique : fini les topages à refaire entièrement parce que, juste à la fin du montage, un top ne s’est pas enregistré ou que la manette du F101 a eu un petit problème ! Le diaporama est aujourd’hui à la portée de tous ceux qui sont intéressés.

Formations

Le Photo-Club Toucassin a toujours cherché à se tenir à jour et à se perfectionner en photographie, tant en tirage qu’en projection.

C’est ainsi qu’ont été suivis un stage sur la composition et la symbolique de l’image, à Marseille à l’INA de Luminy, un stage de virages au gros sel à Aubagne, un stage de « zone-système », un stage de perfectionnement du tirage, des formations débat de projections à Vichy ou à Courthézon, à Levens, à Bormes …

Les Rencontres Varoises de l’Image ou les rencontres entre clubs, sont toujours l’occasion d’échanger des informations et de faire part de notre expérience. Aujourd’hui le réseau internet favorise encore ces échanges …

Sont aussi organisées des sorties photos d’une journée ou de plusieurs jours avec parfois des adhérents d’autres clubs. C’est là aussi l’occasion de partager des informations techniques ou des trucs. En résumé, on a toujours beaucoup plus d’intérêts à pratiquer sa passion au sein d’un réseau convivial que seul dans son coin.

Les sorties photo

Le Photo-club Toucassin est également connu pour ses sorties de randonnées photographiques dans le var et en montagne, toujours dans un bon esprit de convivialité. Le PCT organise tout au long de l’année des sorties du dimanche avec les familles des membres et un pique nique à midi. Ces sorties sont ouvertes également aux autres clubs qui viennent partager avec nous un casse croûte de plaisir.

Le week-end a parfois été prolongé en gîte d’étape comme à Colmar les Alpes, puis ensuite ce furent des semaines entières à la montagne : Thorenc (Alpes Maritimes), Saint Paul sur Ubaye, Meyronne, Jausiers, Montbardon, Montgenèvre, Montgenèvre (Cantal), plusieurs sites du Queyras, le Dévoluy, la Savoie (Beaufort) ou le Canal du Midi en péniches. Le summum a été atteint, à ce jour, par l’organisation du Tour du Mont Blanc en 15 étapes, avec le sac à dos et l’appareil photo en bandoulière.

Certains membres se sont également retrouvés pour découvrir La Guadeloupe avec une association seynoise.

Le club organise parfois des week-end en chambre d’hôtes dans des lieux touristiques des Alpes Maritimes, des Alpes de Haute Provence, du Gard, de la Drôme, du Vaucluse ou du Var qui permettent de ramener des milliers de clichés, souvent présentés dans le cadre des « Invitation au Voyage ».

Les expositions

Les premières expositions du PCT étaient typiques des associations débutantes. Ainsi les photos étaient accrochées sur du Canson A0 avec des punaises. Depuis le club a investi dans des cadres spéciaux de différents formats et le PCT se fabrique ses propres « passe-partout ».

Une des premières expositions était consacrée aux commerçants du village. Par la suite, le club a essayé d’organiser une manifestation annuelle, seul ou dans le cadre des Rencontres Varoises de l’Image (RVI 2007) où les membres ont pu présenter leur progrès dans la prise de vue, le tirage en noir et blanc, leurs travaux de virages et aujourd’hui le traitement numérique .

Le club a aussi organisé des expositions plus originales avec une fresque photographique de 56 mètres dans la rue des écoles de Solliès-Toucas, une présentation de 750 photographies dans une pièce, avec des silhouettes de personnages grandeur nature, en noir et blanc. Jean Pierre JONCOUR a établi un record dans le GUINESS BOOK avec SANDRIA et une photo de 2,50 m sur 3,00 m.

En 2007, dans le cadre des Rencontres Varoises de l’Image à Solliès-Toucas, le PCT a organisé un premier défilé, amateur, photographiable par tous. Lors de ces mêmes RVI Pascal a créé, pour la première année dans le Var, un marathon photographique.

Le PCT a également organisé des concours photo et diapo, ouverts à tous. Reconnu pour ses compétences, le PCT est fréquemment sollicité pour aider à l’organisation de telles manifestations dans d’autres communes du Var, ou pour participer au jury.

Dans le club existe un code tacite pour ne pas obliger les membres à participer à des concours : chacun est libre de concourir ou non, à titre personnel.

Ainsi, certains membres ont participé très honorablement et, même gagné, au concours d’ ALLAUCH (premier prix), aux diaporamas de COURTHEZON et d’autres manifestations varoises et régionales. C’est ainsi que, grâce à la participation à un concours à Puget -Ville, Christian GALIBERT, l’actuel président des RVI et du PCT, a rencontré l’âme sœur (et y a remporté le premier prix).

Le club a exposé aussi à la Seyne, à Sanary, à Bandol, à Toulon, à Ollioules, au Luc, aux Arcs,…et à Tourette Levens, dans les Alpes Maritimes, où il s’est classé 3ème et 1er parmi les clubs photo de la région PACA.

Les expositions artistiques

Pendant plusieurs années le Photo-Club Toucassin a organisé, à Solliès-Toucas, des « expositions artistiques », connues et reconnues dans le pourtour méditerranéen, rassemblant les plus grands artistes régionaux et nationaux. Ainsi peintres, sculpteurs, marqueteurs, faïenciers, dessinateurs, photographes…ont vu leurs œuvres exposées dans 6 ou 7 salles dans Solliès-Toucas.

Les photographes Michel MASSI, Hans SYLVESTER, Hélène et Rachel THERET, la Fondation Kodak nous ont fait l’honneur de nous prêter leurs photos. Blasco MENTOR nous a fait la faveur de nous confier des tableaux pour une première et une dernière fois en France parce qu’ils étaient déjà achetés par le musée national de Dakar. Le peintre sérigraphiste RICHIER nous a offert à deux reprises des « performances » temporelles sur des corps féminins habillés seulement par la peinture.

Ces expositions, victimes de leur succès, n’ont malheureusement pas été reconduites tant leur organisation était lourde pour le Photo-Club.

Si d’autres personnes sont tentées par une manifestation semblable, nous sommes prêts à leur apporter notre savoir-faire.

Les membres du Club

Le PHOTO-CLUB TOUCASSIN (PCT) a toujours compté environ douze à vingt membres très dynamiques et entrepreneurs ce qui lui a permis de s’attaquer à des projets originaux et précurseurs dans le domaine de la photographie sous toutes ses formes.

Sous l’impulsion de son premier président, Jean Pierre JONCOUR (photogrammètre), soutenu par l’ensemble des membres, le PCT évolue rapidement, drainant de nouveaux adhérents venant de La Londe, Hyères, Le Pradet, Carqueiranne, Toulon, La Seyne, Ollioules, Aix-en Provence, La Farlède, Solliès-Pont, Belgentier, Méounes, Néoules, La Roquebrussanne, Garéoult, Cuers, Pierrefeu, Puget-Ville, Gonfaron et même de Solliès-Toucas et sans la toile d’araignée.

Suivent d’autres présidents qui apportent leur pierre à l’édification de ce club, avec des sensibilités différentes, mais toujours dans une parfaite convivialité. Frédéric JONCOUR, Christian RODRIGUEZ, et Christian GALIBERT, l’actuel président, ont su par leur charisme, marquer de leur empreinte cette association.

Plus d’une centaine d’amateurs sont passés par le PCT. Certains ont présenté et réussi leurs diplômes, d’autres sont devenus professionnels (reportage et laboratoire), d’autres sont correspondants de presse, tel ce journaliste qui travaille en free-lance au festival de Cannes. D’autres encore sont des photographes indépendants qui exposent régulièrement à Arles ou, enfin, sont animatrice de MJC.

Parmi ces amis de passage au PCT, plusieurs nous ont quitté pour un monde réputé meilleur et ont laissé derrière eux des regrets infinis. Le trop jeune Christian HUTCHINSON et Maxime AICARDI, tous deux fondateurs du club, l’adorable et adoré René MANZO, la très belle Huguette ROUX , le bricoleur génial Daniel ALBERT, la regrettée Mireille RIETSCH et très récemment notre ami Alain BONNEAU.

Projection de diaporamas argentiques – 1975-2006

Prise en main des boitiers numériques – 2007